Votre premier semis à l'intérieur

20170215A.jpg

 

Vous n’avais jamais fait de semis à l’intérieur? C’est loin d’être sorcier! Les instituteurs en font faire aux enfants à la maternelle: vous êtes sûrement capable de faire aussi bien qu’un enfant de 5 ans!

Pourquoi faire ses propres semis?

Il est facile de trouver des plants de beaucoup d’annuelles et de légumes en pépinière à la fin du printemps. Pourquoi alors les semer soi-même?

Voici quelques raisons.

  1. Économie d’argent: Les annuelles et légumes en caissettes coûtent un bras! On peut facilement produire des semis pour 10 fois moins!
  2. Plus vaste choix de variétés: Exemple: plus de 200 variétés de tomates chez Semences Solana!
  3. C’est agréable à faire: Je dirais même que c’est passionnant!
  4. Une plus grande fierté: Vous pourrez dire à tous vos amis «j’ai produit ces légumes moi-même!».

Commencez avec les semis faciles

L’œillet d’Inde (Tagetes patula) est un des semis les plus faciles pour les débutants.

Il y a des plantes faciles à produire par semences (généralement, les annuelles et les légumes), mais aussi des plantes plus difficiles (souvent les vivaces, les arbustes et les arbres). Débutez donc avec des variétés reconnues pour leur facilité. Voici une courte liste de «semis pour débutant»:

Annuelles

  1. Alysse odorante
  2. Cléome
  3. Coléus
  4. Cosmos
  5. Œillet d’Inde
  6. Pourpier
  7. Rose d’Inde
  8. Souci

Légumes

    1. Chou
    2. Concombre
    3. Courgette
    4. Laitue
    5. Oignon
    6. Poivron
    7. Tomate

 

Peu d’achats à faire

20170215C.jpg

Cette barquette connaîtra une deuxième vie comme  ensemble plateau et dôme pour les semis.

Peu d’achats à faire

Il est facile de trouver tout ce qu’il faut pour faire des semis en jardinerie: pots, plateaux, dômes, étiquettes, etc. Mais si vous aimez recycler, sachez que vous avez déjà presque tout déjà à la maison.

Comme pot, pensez aux pots de yoghourt ou de margarine (il suffit de percer un trou de drainage dans le fond avec un clou). Les barquettes transparentes dans lesquels le supermarché nous vend des légumes, des fruits, des croissants, etc. conviennent parfaitement comme ensembles plateau et dôme! Découpez de vieux stores pour faire des étiquettes. L’arrosoir de vos plantes d’intérieur peut aussi servir pour les semis. Quant aux autres outils pour les semis, vous les trouverez dans la cuisine ou ailleurs dans la maison: bol, cuiller, ciseaux, crayon, etc. –

20170215D.jpg

Parmi les rares achats à faire, il y a, bien sûr, les sachets de semence.

Il reste seulement deux produits à acheter: les sachets de semences (même là, vous auriez pu récolter des semences de vos fleurs et légumes de l’année précédente) et le terreau. N’utilisez pas de terre prélevée dans le jardin: elle peut contenir des insectes, des spores de maladie, etc. Il existe des terreaux commerciaux pour semis qui conviennent très bien, mais les terreaux pour bacs et balconnières ainsi que ceux pour plantes d’intérieur conviennent aussi très bien.

L’éclairage artificiel: oui ou non?

20160215E.JPGPour cette première expérience, profitez de la lumière naturelle offerte par le soleil. Sachez toutefois que, lorsque vous gagnerez de l’expérience, une lampe fluorescente de hauteur ajustable, suspendue à 15 cm au-dessus de vos semis, peut leur faire le plus grand bien. Avec cette lampe, et à l’aide d’une minuterie, vous gagnez un meilleur contrôle de la longueur du jour et de l’intensité de l’éclairage. Vous pouvez régler votre minuterie à 14 à 16 heures par jour et ainsi assurer que la plante reçoive un éclairage durable et égal à tous les jours, alors que le soleil est peu fiable: abondant certains jours, absent d’autres.

Mettez une telle lampe sur votre liste de cadeaux de Noël: ainsi vous serez fin prêt l’an prochain!

Semez au bon moment

L’erreur le plus fréquente du débutant est de partir ses semis trop tôt. C’est que les plants trop avancés réagissent mal à la transplantation et donnent de mauvais résultats. (S’il faut faire une erreur, partir vos semis un peu en retard est moins dommageable que les partir trop tôt!) Idéalement vous voudriez de jeunes plants pleins d’énergie et prêts à croître rapidement, pas de vieux plants sur le déclin. Mais la date de semis idéale varie d’une plante à l’autre. Comment la découvrir ?

20170215f

Habituellement on indique la date du semis à l’envers du sachet.

Si vous achetez des semences, c’est facile, car on indique la date recommandée sur l’endos du sachet, habituellement selon la formule «xx semaines avant la date du dernier gel ». Sachant que la date du dernier gel est environ le 15 mai à Montréal, le 1er juin à Québec et le 15 juin à Sept-Îles (ailleurs, demandez la date recommandée à votre société d’horticulture), il s’agit de compter à rebours pour trouver la date appropriée.

Si la date n’est pas indiquée sur le sachet, sans doute que le site Web du semencier vous donnera ce détail. Sinon, il y existe des livres (comme le mien, Idées du jardinier paresseux: Semis), qui vous livreront tous les secrets des semis.

Vous remarquerez qu’il existe des semis qu’on fait aussi tôt qu’en janvier et d’autres aussi tard qu’en mai, mais le «moment magique» pour la plupart des semis se situe en mars ou en avril.

Matériaux

20170315G.jpgAvant de commencer, assurez-vous d’avoir les matériaux nécessaires sous la main. Voici ce qu’il vous faut :

      • Semences;
      • Contenants (pots, caissettes, etc.);
      • Plateau;
      • Dôme;
      • Terreau;
      • Seau ou grand bol;
      • Étiquettes;
      • Crayon ou stylo indélébile;
      • Outils (cuiller, fourchette, ciseaux);
      • Arrosoir;
      • Pulverisateur;
      • Nappe pour la surface de travail.

Comment faire un semis

1. Versez du terreau dans un bol et ajoutez de l’eau tiède. Brassez jusqu’à ce que le terreau soit uniformément humide.

2. Versez le terreau humide dans des petits pots jusqu’à 1,5 cm du rebord, et égalisez avec le dos d’une cuiller.

3. Vérifiez la profondeur nécessaire pour les semences sur l’endos du sachet ou dans un livre et, avec un crayon, faites un trou de la profondeur correspondante dans le terreau. Si cette information n’est pas disponible, calculer une profondeur égale à trois fois le diamètre de la graine.

20160315H.jpg

Placez 3 graines dans chaque trou.

4. Laissez tomber trois graines dans le trou (on sème toujours plus de graines que nécessaire au cas où la germination serait faible).

Conservez les semences20170215FFF.jpg

Il y a presque toujours trop de semences dans un sachet pour une seule saison. Rescellez alors le sachet et conservez-le au frais et au sec pour l’année suivante.

5. Comblez le trou de terreau. Parfois l’endos du sachet indique qu’il ne faut pas recouvrir la semence (c’est le cas du tabac d’ornement, par exemple). Disposez alors les graines sur la surface du terreau, sans faire de trou ni les recouvrir.

20170215O.JPG

Vaporisez avec de l’eau tiède.

6. Vaporisez avec un pulvérisateur rempli d’eau tiède pour tasser le terreau.

7. Insérez une étiquette avec le nom de la plante et la date du semis dans le pot.

20170215I.jpg

Couvrez les semis d’un dôme transparent.

8. Placez les pots sur un plateau et recouvrez-les d’un dôme transparent.

9. Placez le tout dans un emplacement chaud (environ 21 à 24˚C) et bien éclairé, mais protégé du soleil direct. (Certaines semences, très rares, germent mieux au frais ou encore à l’ombre. Consultez les notes sur l’endos du sachet.)

20170215J.jpg

Quant les semis germent, enlevez le dôme.

10. Après la germination (elle peut prendre de 3 jours à 3 semaines, selon la plante choisie), soit quand de petites plantules apparaissent, enlevez le dôme car la forte humidité qu’il procurait, si bénéfique à l’étape de la germination, peut être néfaste pour les semis en croissance.

20170215K.jpg

Placez les semis près d’une fenêtre ensoleillée après la germination.

11. Déplacez le plateau à un emplacement très ensoleillé (devant une fenêtre exposée au sud si possible) et plutôt frais la nuit (entre 15 et 18˚C). Que la température soit plus chaude que cela n’est pas si néfaste, mais les semis cultivés au frais seront plus compacts.

12. Si plus d’un semis lève par pot, supprimez le ou les plus faibles, les coupant au ciseau.

20170216L.JPG

Versez l’eau dans le plateau et laissez les semis en absorber la quantité qu’il leur faut.

13. Surveillez étroitement les arrosages, car, sans dôme, le terreau s’assèche assez rapidement, devenant brun pâle. S’il est sec, versez de l’eau tiède dans le plateau. Quand le terreau redevient foncé, il y a assez d’eau: videz tout surplus du plateau.

14. Les premières feuilles simples s’appellent des cotylédons. Quand 4 à 6 vraies feuilles apparaissent (généralement de forme plus complexe), commencez à fertiliser aux deux arrosages, ajoutant un engrais tout usage soluble, à la moitié de la dose recommandée, à l’eau d’arrosage.

20170215M.JPG

Tournez les pots pour que les semis restent dressés.

15. Faites faire un quart de tour aux pots 2 fois par semaine, toujours dans la même direction, sinon les semis se pencheront en direction du soleil.

16. Quand la température extérieure se réchauffe et qu’il n’y a plus de risque de gel, acclimatez vos semis aux conditions extérieures: 2 ou 3 jours à l’ombre, 2 ou 3 jours à la mi-ombre, 2 ou 3 jours au soleil. Si la température rafraîchit subitement, rentrez-les dans un garage ou un cabanon pendant la nuit.

20170215N.JPG

Transplantez et arrosez bien.

17. Transplantez vos plants (ce ne sont plus des semis!) en pleine terre, en bac ou en balconnière et arrosez bien.

18. Entretenez-les durant l’été selon les besoins de la plante adulte.


Bon succès avec votre propre semis! Vous verrez bien à quel point c’est facile!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×